Problème de connexion ssh sur raspberry pi

Il est possible d’avoir un problème de connexion en ssh sur votre raspberry pi fraîchement installé.

Le message est généralement :

Connectez vous directement sur le raspberry pi, puis entrez les commandes

 

Installer Overpass API

Dans le cadre d’un projet, j’ai besoin de faire des requêtes sur les serveurs de Openstreemap, plus précisément les api.
Le problème c’est que les serveurs actuels supportent une belle charge et comme je ne voulais pas prendre trop de place chez eux, je me suis dit, pourquoi pas en monter un moi même.

OSM donnent les instructions pour faire un serveur API de réplication ici : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Overpass_API/Installation

Voici ce que j’ai fait de mon côté sur un serveur OVH SoYouStart

Continuer la lecture de « Installer Overpass API »

Installer MariaDB sur Ubuntu 16.04

Loggez vous en root ou utilisez l’instruction sudo avant chaque commande

On va installer le serveur SQL avec son client (compatible avec MySQL vu que MariaDB en est un fork)

Par défaut, aucun mot de passe root n’est spécifié. On va donc configurer l’instance pour qu’elle soit plus sécurisée

Avec la configuration suivante :

Votre instance est maintenant propre. On va vérifier que l’on peut se connecter à la base

puis entrez le nouveau mot de passe. Normalement vous devriez avoir un interpréteur SQL qui s’ouvre si tout va bien. Saisissez « exit; » puis continuez.

On va ensuite installer Apache et PHP

On finit par installer phpmyadmin

Avec la configuration suivante :

Avant de ce connecter, il reste une petite manipulation. En effet, nous avons configuré le serveur pour que l’utilisateur root ne puisse se connecter qu’en local, on va donc désactiver le mode TCP/IP et garder uniquement le mode « unix_socket » pour la connexion :

Et voilà, normalement, si vous vous connectez à http://_IP_/phpmyadmin, vous devriez pouvoir vous identifier en root sur votre instance MariaDB.

Nextcloud : désactiver l’arborescence par défaut

Par défaut, dans Owncloud et Nextcloud, l’utilisateur possède déjà une « arborescence » de données.

Cette arborescence est nommée le « skeleton ».

L’ensemble des fichiers par défaut est présent dans le répertoire suivant ([cloud] est la racine de l’application) :

Supprimer les fichiers à cet endroit est une solution, par contre, du fait des nouvelles sécurités mises en place (ici la vérification de l’intégrité du code), vous aurez un message de défaut dans l’interface d’administration vous indiquant que l’intégrité des fichiers est défectueuse.

Cette alarme peut être très pratique si quelqu’un de mal intentionné modifie les fichiers, sur votre instance ou directement sur le site principal.

Pour déséctiver le « skeleton », sans afficher la moindre erreur, il faut rajouter une directive dans le fichier de config à [cloud]/config/config.php.

Rajoutez la ligne suivante (n’oubliez pas la virgule à la fin de la ligne)

L’explication est donnée ici : https://github.com/nextcloud/server/blob/config/config.sample.php#L217-L222